vendredi 16 janvier 2009

Cherche opinion publique désespérément


C’est devenu un phénomène récurrent : 2003, 2006 et 2009. L’Irak, le Liban, Gaza… On voit les mêmes images. On ressent la même impuissance et la même rage. On exprime la même colère contre les dirigeants arabes. On crie les mêmes slogans sur leur trahison ou leur vassalité. On écoute les mêmes hymnes à la résistance, les mêmes chansons de Feïrouz ou de Marcel…

On n’échappe pas à un sentiment de déjà-vu, déjà lu, déjà entendu… Et personne ne se demande pourquoi, d’une année à l’autre, d’une guerre à l’autre, d’une injustice à l’autre, d’une humiliation à l’autre, rien ne change. Le même mauvais scénario se reproduit, immuable !

Face à la tragédie de Gaza, face à des images insupportables, face au sacrifice de l’innocence, on ressent tout d’un coup le besoin de quitter son fauteuil, de condamner, de crier sa colère et de… manifester, comme on le voit faire par tous les peuples de la planète ! Sauf que, malheureusement, on ne s’improvise pas citoyen ! Pas plus qu’on ne se constitue en opinion publique par un simple coup de baguette magique !

Ceux qui ont eu le courage de défiler, le 1er janvier dernier, sous la bannière de l’opposition, ont ressenti physiquement à quel point cet exercice était improbable sous nos cieux. Isolés à l’arrière du cortège, filmés par la police politique sous toutes les coutures tels des suspects, insultés et, à la fin, rudoyés et bousculés, ils ont payé cash le tribut local du droit à manifester. Idem pour les syndicalistes de Gafsa et d’autres régions.

Il n’est pas possible dans de telles conditions d’exprimer une quelconque opinion ni de faire parvenir une quelconque voix. Les jeunes qui, à l’entrée des stades, se sont vu confisquer leurs Keffiehs en savent, désormais eux aussi, quelque chose.

Il devient dès lors évident qu’on ne peut pas vivre une citoyenneté par intermittence ni produire une opinion publique à l’occasion des grandes crises seulement. Il s’agit là de combats à mener inlassablement, au quotidien, et qui exigent que l’on quitte son fauteuil – et ses pantoufles – pour des questions, certes moins dramatiques que le sort fait aux civils de Gaza, mais sans doute tout aussi importantes. Car, en se mobilisant pour elles, on peut produire l’opinion publique qui fera en sorte, entre autres, qu’il n’y ait plus un tel décalage entre la position officielle arabe et celle de la rue. C’est peut-être la principale leçon politique à tirer des effets, sur le plan local, des récents événements.

Il est à noter, cependant, que, par leur nombre, leur diversité et leur qualité, les manifestations de soutien à Gaza qui ont eu lieu un peu partout dans le pays augurent peut-être d’une renaissance du sens civique des Tunisiens et de leur engagement politique. La grève générale décrétée par l’Union régionale du travail de Gafsa pour défendre son droit à manifester est, à cet égard, un signal qui ne devrait pas être négligé.

Le soutien à Gaza pourrait, de ce point de vue, avoir pour «effet collatéral» d’enregistrer des progrès dans l’exercice de leur citoyenneté par les Tunisiens. Ce ne serait pas la première fois qu’on assiste dans les phénomènes sociaux et politiques à une «ruse de la raison».

Baccar Gherib

4 commentaires:

khayati a dit…

Un très bon papier... exquis! Bonne chance

Les amis d'Attariq a dit…

@khayati, merci pour vos encouragements!

Khanouff a dit…

Bravo pour cette analyse pertinente.
http://tnkhanouff.hautetfort.com/

ancien combattant a dit…

la liberté, la citoyenneté, les droits... s'arrachent à force de luttes, certes.

j'aurais aimé que l'analyse aille au-delà de l'état des lieux, fort pertinent, et des espoirs sincèrement exprimés pour s'interroger sur les raisons de cette citoyenneté, au choix, refoulée, asphyxiée, matée ou avortée. quid des stratégies déployées pour la tuer dans l'oeuf ? du prix qu'on est prêt à payer pour elle ?...

peut-être cela fera-t-il l'objet d'un prochain post...