mardi 5 mai 2009

Jeux de mains… chez les journalistes

Des incidents regrettables ont émaillé la lecture du rapport sur la liberté de la presse par le président du Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT) lors d’une rencontre à l’occasion de la Journée Mondiale pour la Liberté d’Expression qui a regroupé des dizaines de journalistes. Relevant les différentes atteintes à la liberté de l’expression et aux droits des journalistes en Tunisie, M. Neji Bghouri a été, en effet, interrompu par M. Kamel Ben Younes du quotidien Assabah, manifestement en désaccord avec le contenu du rapport. Les arguments rationnels lui faisant apparemment défaut, ce dernier opta pour des arguments physiques à même, selon lui, de convaincre son président. Heureusement qu’il a été empêché d’aller jusqu’au bout de ses… pensées.

1 commentaire:

mourad a dit…

et dire que ce journaliste que je découvre pour la premiére fois sa gueule n'arrête pas de nous casser les oreilles avec ses aricles qui parlent de democratie ...de progrés ..de civisme...de bonne moralité...etc...